Nous vous accueillons AVEC ou SANS rendez-vous

Nous contacter :

33 (0) 1 42 60 63 64 - meyrowitz@meyrowitz.paris

Histoire de la Maison Meyrowitz

Meyrowitz-histoire

L’histoire des lunettes Meyrowitz racontée par Jean-Manuel Finot, Directeur Général.

Emil Bruno Meyrowitz, né le 20 Octobre 1852 à Greifenhagen en Prusse (aujourd’hui en Pologne), fut un pionnier de l’optique.

1875, il débute comme marchand ambulant dans les rues de New-York.

1922, il crée celle du 5 rue de Castiglione à Paris. En proposant sa propre ligne de produits optiques et médicaux à la clientèle internationale, la Maison Meyrowitz réussit à s’affirmer à travers les siècles. Aujourd’hui la boutique parisienne qui porte son nom, vous propose, grâce à ses opticiens diplômés, une collection de lunettes exclusives réalisées dans la tradition du fait main. Emil B. Meyrowitz s’éteint le 11 Décembre 1937, son fils Ernest lui succède avant de disparaître en 1946. Heureusement, leurs successeurs ont su conserver l’esprit qu’ils avaient initié.

1991, Meyrowitz Paris a obtenu l’exclusivité, pour la France, du concept suisse Eyemetrics® qui est alors le plus novateur pour créer des lunettes sur-mesure. Le système utilise un ordinateur équipé de caméras, qui analyse le visage et propose des dessins de verres adaptés à la physionomie et à la correction visuelle. Le succès de ces lunettes fut lié tant à leur discrétion qu’à leur légèreté.

Meyrowitz lunettes manhattan

2002, le modèle Manhattan apparaît, c’est un dessin repris des années ’50 et actualisé.Il est décliné dans toutes les couleurs (imitation écaille, miel, noir, bleu, rouge…) et toutes les matières (acétate de coton, corne de buffle, écaille de tortue véritable). La Manhattan est, de tous temps, le modèle Meyrowitz le plus vendu et est devenu le chef de file de la collection baptisée « Vintage Spirit ».

2008, Monsieur Olivier Lapidus, client et ami, a apporté son expérience et son talent pour réaliser le modèle Slack. La Slack est une Manhattan revisitée afin de l’étoffer, l’alléger. Cette monture équilibrée, sobre et élégante débute sa carrière en 2009 pour devenir un nouveau standard de la collection Meyrowitz.

slack acetate


2010,
la Slack évolue avec deux tailles supplémentaires, mais surtout, elle met en avant un partenariat avec Transitions®, le leader mondial des verres photosensibles qui se teintent au soleil. En effet, Olivier Lapidus a choisi en fonction des teintes de verres, les différentes couleurs d’acétate pour créer : Slack-Transitions. Meyrowitz est toujours à la recherche du meilleur pour ses clients et ces partenariats permettent d’ouvrir de nouvelles pages pour poursuivre cette longue et belle histoire.

 

Henri noire profil2014, Meyrowitz rend hommage au charme intemporel de Henri Salvador en lançant les lunettes «Henri. Une monture de la collection «Vintage Spirit ».Henri Salvador était l’un des clients fidèles de la maison Meyrowitz pendant des décennies. Dans ses jeunes années, il ,venait en voisin depuis son appartement de la place Vendôme
avec des Cadillac toujours hautes en couleurs. Les plus anciens de Meyrowitz se souviennent de le voir descendre de son cabriolet Eldorado et claquer la porte du pied avec une fausse négligence et un grand éclat de rire. Ce rire, si personnel et si contagieux, semait la bonne humeur sur son passage. Plus tard, c’est à pied qu’il venait chercher ses lunettes de lecture par lot de trois. Il repartait avec sa monture rectangulaire en sifflotant ses petits airs de jazz…

griffon

Le Griffon Meyrowitz : Emblème de la marque Meyrowitz …. Dès la création des Etablissements Meyrowitz, le griffon fut choisi comme emblème de la société. Emil B. Meyrowitz a certainement voulu associer sa société à la majesté du griffon, emblème de sa ville natale. L’animal mythique tient fièrement dans ses serres une paire de lunettes qu’il domine. La symbolique de la puissance évoque la capacité de l’entreprise et de ses employés à maîtriser l’optique en général et la lunetterie en particulier.

Meyrowitz-lindebrgh

 

 

 

Mai 1927, lorsque Charles Lindbergh traversa l’Atlantique, il portait ses fameuses Goggles autour du cou au cas où le pare-brise du Spirit of St Louis aurait cédé. C’est en Hispano-Suiza qu’il se rendit au 5 rue de Castiglione pour fêter son exploit.